Vous êtes ici: Accueil » Société » Rendez-nous nos enfants

Rendez-nous nos enfants

Il s’agit de l’appel lancé par de nombreuses familles dont les enfants ont été enlevés par leurs pères, jeunes français djihadistes. Ces pères sont allés combattre aux côtés des djihadistes du Front Al-Nosra, contre le régime de Bachar Al-Assad comme ils le disent. Mais ces pères ne sont pas partis seuls. Ils ont enlevé leurs enfants et n’ont plus donné signe de vie. Les mères ont comme seule arme pour faire face à cette situation les pétitions criant haut et fort qu’il faut leur rendre leurs enfants. Malheureusement, cela ne suffit pas.

La mère d’Assia fait partie de ces victimes. Elle n’a plus de nouvelles de sa fille depuis janvier dernier. Elle est d’autant plus inquiète que son mari avait dit qu’il ne reviendrait plus jamais en France et préfère que leur fille meure en martyre pour ses idéologies.

Aujourd’hui toutes ces mères se lancent corps et âmes pour récupérer le plus de soutien possible avec cette pétition. Elles espèrent ainsi alerter les pouvoirs publics. Une petite victoire pour ces femmes car bientôt doit être présenté en conseil des ministres le plan de lutte du gouvernement qui vise à enrayer le flux de candidats au djihad et à lutter contre la « radicalisation violente ». Mais que vont devenir les enfants enlevés ? Que peut-on faire pour les rendre à leur famille ?

Meriam-Rhaiem-AFP

Mériam Rhaiem, 25 ans, , qui a perdu sa fille Assia, a demandé samedi aux autorités françaises de donner le statut d’otage à sa fille. Elle raconte à la radio comment son ex-compagnon, Hamza, un musulman de 25 ans, s’est petit à petit radicalisé après un pèlerinage à La Mecque. Le comportement du jeune homme a changé très rapidement et il a commencé à fréquenter des personnes bizarres, jusqu’au jour où il a basculé dans l’intégrisme. Il a obligé sa femme à porter le voile tout le temps et critiquait toutes celles qui n’en portaient pas. Ensuite, il a interdit sa fille d’avoir des peluches et d’aller à l’école ou même de sortir avec d’autres enfants s’il y a des garçons. En 2012, Mériam a voulu se séparer de son compagnon, ne supportant plus son comportement. Il a alors enlevé leur fille et a quitté la France, pour l’aider à quitter un pays non musulman, selon ses dires. Mériam veut alors que sa fille ait le statut d’otage pour que les pouvoirs publics s’occupent de son sort en espérant qu’un jour elle lui reviendra.

Affaire à suivre…

A propos de Pooky

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Required fields are marked *

*